Soutien aux journalistes des journaux de l’Ouest

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on LinkedInShare on Google+Email this to someonePrint this page

Soutien aux journalistes des journaux de l’Ouest

Suite à la diffusion d’une campagne de publicité du Conseil Régional des Pays de la Loire appelant à l’évacuation de la ZAD de Notre-Dame-des-Landes, et suite aux multiples pressions que subissent les rédactions de Presse Océan et Ouest France ce vendredi 5 février, le Club de la Presse Nantes Atlantique tient à réaffirmer son soutien aux journalistes des médias concernés.

Face à cette actualité très politique, ils ont fait preuve d’un grand professionnalisme en exigeant qu’il soit indiqué en en-tête le mot “publicité” (et non “publi-communiqué”, comme le souhaitait la Région), mais aussi en réaffirmant leur indépendance et le respect des différentes opinions dans différents encarts explicatifs. A nos yeux, ces initiatives prouvent l’honnêteté professionnelle de ces équipes, et nous les en félicitons.

Le CPNA dénonce également les multiples pressions que ces journalistes subissent depuis beaucoup trop longtemps sur ce sujet, pressions qui ne font que montrer le peu d’attachement aux principes démocratiques de ceux qui en sont à l’origine. Aucune menace sur la personne des journalistes, quel que soit le contexte, n’est acceptable.

Le Club de la Presse Nantes Atlantique
Nantes, le 5 février 2016
 
Lire également le communiqué de l’Intersyndicale des Journaux de Loire:
 

CFDT/Ouest-France

SNJ/Ouest-France, Le Courrier de l’Ouest, Le Maine libre

Sud/Presse Océan

Notre-Dame-des-Landes : la pub de trop

Les directions d’Ouest-France, de Presse Océan, du Courrier de l’Ouest et du Maine Libre ont fait le choix, ce vendredi 5 février, d’accepter l’argent du conseil régional des Pays de la Loire, et donc du contribuable, pour porter un message clivant et provocant sur le dossier délicat du projet d’aéroport à Notre-Dame-des Landes.

Il s’agit d’une publicité « exigeant l’évacuation de la Zad ». Elle doit être publiée à nouveau mardi et être reprise sur le site Internet d’Ouest-France et de Presse Océan.

Dans des conditions déjà difficiles et tendues, les journalistes d’Ouest-France et de Presse Océan s’emploient depuis des années à traiter ce sujet avec rigueur, équilibre et impartialité. Dans le cadre de cette couverture, des menaces ont pourtant déjà été proférées et du matériel dégradé.

L’amalgame et la confusion que provoque cette publication payante du conseil régional des Pays de la Loire se confirme dès ce jour sur les réseaux sociaux et lors des appels téléphoniques dans les rédactions.

Dans les deux titres de presse concernés, les organisations syndicales représentatives de journalistes dénoncent cette confusion des genres, la mise en cause de l’indépendance des journalistes et le danger qu’elle leur fait désormais courir physiquement.

Ces organisations demandent aux directeurs de publication des journaux le retrait de ces publicités des prochaines publications papier et Internet.

Le 5 février 2016

8 comments

  1. Avec la séparation des pouvoirs, la liberté de la presse constitue un principe fondamental d’une véritable démocratie.

  2. Merci de dénoncer de telle pratiques. C’est juste insupportable et inamissible. Je ne sis pas ce qu’une lectrice peut faire, mais j’adhère +++ à vos propos, tels qu’ils sont ici formulés.
    Bon courage,

  3. ce genre de petit citoyen que sont les retaillaux et autres engences n’ont que le pouvoir qu’on veut bien leur donner a ces parasites.alors qu’en verite ils ne sont la que pour fermer leur gueule et obeir au peuple qui lui est la seule autorite.si il persiste son nom est connu ainsi que son domicile et lui apprendre qui est le maitre.lui n’est que notre employe sans plus.

  4. Il faut préserver la liberté de la presse . Pas de pub du conseil régional payé par les contribuables .

  5. Bravo au CPNA pour sa vigilance et sa défense d’une presse indépendante.
    Au besoin, des interventions juridiques seraient-elles possibles contre ces basses manoeuvres de politiques, à commencer par celles du bouledogue de la région à qui il ne manque que la camisole ! Je suis outrée du cirque qu’il fait depuis des semaines autour de NDDL, de ses actions quasiment fascistes bien que publiques.
    C’est bien que des journalistes ne se laissent pas récupérer par ce genre de personnage abject!

Comments are closed.