Ouest France renouvelle ses pages locales

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on LinkedInShare on Google+Email this to someonePrint this page

Dans son numéro 979, paru le 31 mars dernier,  Les Clés de la Presse a passé au crible la stratégie de Ouest France qui revoit la copie de ses pages locales. Le quotidien rennais, qui publie chaque jour plus de 300 pages d’informations locales, se donne un an et demi pour le faire.

Objectif ? “Freiner l’érosion des ventes en kiosque, fidéliser des lecteurs réguliers (sans trop perturber les lecteurs abonnés dont la moyenne d’âge est de 54 ans), en faisant augmenter la qualité des pages locales, dont le taux de lecture est moins important que pour le reste du journal”, répond Sébastien Grosmaitre, rédacteur en chef délégué.

Quels changements ?

Si la maquette a été revue, “la pierre angulaire de ce projet” est de “faire entrer le lecteur dans la page avec une information enrichie ou anglée sur un thème de la vie quotidienne de nos lecteurs : un sujet santé, un portrait, une histoire…” Les informations plus factuelles sont, elles, traitées en brèves.

Une nouvelle organisation a également été mise en place avec les correspondants (2 500 collaborateurs). Par ailleurs, l’animation du réseau est désormais confié aux SR. Après le Maine-et-Loire en janvier 2016,  c’est au tour des éditions de la Vendée, de la Manche et de la Mayenne d’adopter ces changements. La Loire-Atlantique adoptera cette nouvelle maquette en mai, suivie du Morbihan et du Finistère en octobre, pour terminer le déploiement par l’Ille-et-Vilaine, en novembre.

Quels résultats ?

Selon Sébastien Grosmaitre, les résultats sont satisfaisants : “Nous avons déjà repéré que sur les pages contenant des articles sur la vie associative d’une commune, le taux de lecture oscille entre 6 et 12%, alors que sur les sujets de vie quotidienne, il est de 30 à 40%, voire parfois 60%”. Dans le Maine-et-Loire, département “test”, les conclusions des études de lectorat montrent que 40% des lecteurs trouvent les pages plus attractives, 50% ne voient pas de différence sensible et 10% pensent que le journal “peut encore mieux faire”.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *